#1 21-12-2016 01:38:06

Andromede33
Modérateur
Lieu: Mérignac (7 km de Bordeaux)
Âge: 55
Date d'inscription: 02-06-2009
Messages: 6685

Fil d’actualité par Gilles Dorenlot !!!

Attentat de Berlin : le point sur l'enquête 24 heures après les faits

© Fournis par JDD

Le camion-bélier qui a servi à l'attaque terroriste. (Reuters)

L'"attentat" avéré, l'Allemagne sous le choc

Un camion immatriculé en Pologne a foncé intentionnellement sur la foule de l'un des marchés de Noël les plus fréquentés de Berlin lundi soir, faisant au moins 12 morts et 48 blessés. La chancelière allemande Angela Merkel a confirmé mardi matin qu'il s'agissait d'"une attaque terroriste", d'un "attentat".

Ce qu'il s'est passé exactement? Lundi soir vers 20 heures, un camion a traversé sur 50 à 80 mètres un des marchés de Noël les plus visités à Berlin. A quelques jours des fêtes, il était très fréquenté ce soir-là, notamment par les touristes. Un carnage qui a aussitôt traumatisé l'Allemagne. Sur le plan politique, les critiques n'ont d'ailleurs pas tardé contre Angela Merkel. La droite populiste allemande, à la pointe de la dénonciation de l'accueil des réfugiés dans le pays, a d'ailleurs très vite mis en cause la politique d'immigration de la chancelière, et ce, même si l'enquête débute à peine.

L'auteur toujours en fuite, le seul suspect interpellé libéré

Les autorités allemandes ont annoncé mardi soir la libération du seul suspect interpellé après l'attaque et elles n'ont évoqué, dans l'immédiat, aucune piste pour retrouver l'auteur des faits en fuite depuis la veille. Après avoir annoncé l'arrestation d'un demandeur d'asile "a priori" pakistanais, les autorités ont dû se résoudre en effet à le remettre en liberté. "Les résultats de l'enquête n'ont à l'heure actuelle pas mis au jour d'éléments confirmant des soupçons" à son encontre, a expliqué le parquet fédéral dans un communiqué, "les expertises de la police scientifique et technique n'ont pas pu établir jusqu'à présent la présence du suspect dans la cabine du poids-lourd".

Plus tôt, policiers et procureurs avaient déjà dû admettre que l'individu, arrivé en Allemagne fin 2015, n'était sans doute pas l'auteur des faits. "Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature", avait déclaré dans l'après-midi le chef de la police berlinoise, Klaus Kandt. Les craintes de la population berlinoise restent donc grandes au lendemain de l'attentat et les mesures de sécurité ont été renforcées dans la ville. Les enquêteurs n'ont par ailleurs évoqué publiquement aucune autre piste que celle du migrant pakistanais.

D'où venait le camion?

Il s'agit d'un poids lourd appartenant à une société de transport polonaise, qui n'a plus de nouvelles de son chauffeur. La police allemande pense qu'il a été volé. Le corps sans vie du chauffeur polonais, tué par balles, a été retrouvé dans le camion après le drame, a indiqué Thomas de Maizière, le ministre allemand de l'Intérieur. Mais l'arme qui a été utilisée pour l'abattre a en revanche disparu.

Le véhicule était chargé de 25 tonnes de produits métallurgiques en provenance d'Italie. Le routier se préparait à passer la nuit à Berlin, la société berlinoise qui devait prendre le chargement n'ayant pas pu le recevoir lundi. "C'est mon cousin, je le connais depuis l'enfance. Je me porte garant de lui", a indiqué à l'AFP le patron de l'entreprise, Ariel Zurawski.

L'Etat islamique revendique l'attentat

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué mardi l'attentat au camion-bélier, a indiqué Amaq, l'agence de propagande de l'organisation djihadiste. "Un soldat de l'EI a commis l'opération de Berlin en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition internationale" anti-EI, a ainsi précisé l'agence.

L'identification des victimes continue

L'attentat a fait, selon un dernier bilan encore provisoire, 12 morts et 48 blessés. Vingt-quatre personnes restaient hospitalisées mardi soir. La plupart d'entre elles souffrent, selon des médias allemands, de fractures diverses et hémorragies internes, causées par la violence du choc.

Attentat de Berlin : le point sur l'enquête 24 heures après les faits ienne évoque par ailleurs la disparition d'une touriste italienne venue pour les fêtes à Berlin - elle pourrait toutefois n'être que blessée. Un témoin australien a indiqué que des enfants et personnes âgées figuraient parmi les personnes gisant au sol après le passage du camion.

Dernière modification par Andromede33 (21-12-2016 01:40:29)


L'intelligence est un privilège qui doit être mise au service du bien de l'humanité et pas du mal. (SpeederMan II)
http://statseb.boinc-af.org/signature.py?cpid=ab350dfdc43cdd23747c0a7c1371c5f5

Hors ligne

 

#2 21-12-2016 02:00:23

Andromede33
Modérateur
Lieu: Mérignac (7 km de Bordeaux)
Âge: 55
Date d'inscription: 02-06-2009
Messages: 6685

Re: Fil d’actualité par Gilles Dorenlot !!!

L'État islamique voulait en faire une bombe humaine, un adolescent raconte son embrigadement

Mahmoud Ahmed, 15 ans, devait se faire exploser avec une ceinture d'explosifs à Kirkouk en Irak en août dernier. La police l'en a empêché. Un journaliste de Skynews a pu le rencontrer quatre mois après pour recueillir son témoignage.
© Fournis par BFMNews

Ils sont embrigadés dès leur plus jeune âge et Daesh n’hésite pas à faire d’eux des bombes humaines. Les enfants sont les premières cibles de l’organisation terroriste en Irak. Un journaliste de Skynews a pu rencontrer un adolescent qui s’apprêtait à se faire sauter avant d’être arrêté par la police.

Une ceinture d’explosifs

L’arrestation avait eu lieu dans la ville irakienne de Kirkouk en août dernier. L’adolescent interpellé portait sur lui une ceinture d’explosifs. Il s’apprêtait à se faire exploser dans un stade.

"Il nous ont appris à utiliser une kalachnikov et ensuite ils nous emmenés dans la ville d’Hawija", rapporte-t-il. "Il y avait quatre hommes qui nous formaient et qui nous parlaient notamment du paradis. Ils nous parlaient de cela 24h sur 24. On était 60 à être nés après 2002. Ils nous effrayaient et nous montraient des vidéos de décapitation”, se rappelle-t-il.

"J’ai vu des enfants"

Le jeune homme a notamment été entraîné pour devenir martyr. "Quand je me suis approché de la cible j’ai su que ce que je faisais était mal. Je m’en suis rendu compte quand j’ai vu des enfants. Je suis allé voir mon chef qui m’a dit d’y retourner. J’ai refusé mais il m’a répondu que c’était un ordre et quand je suis retourné près du stade la police m’a arrêté", se souvient-t-il.

Mahmoud Ahmed attend aujourd’hui son procès dans un centre de détention pour mineurs. Comme lui de nombreux enfants sont embrigadés par l’organisation terroriste.


L'intelligence est un privilège qui doit être mise au service du bien de l'humanité et pas du mal. (SpeederMan II)
http://statseb.boinc-af.org/signature.py?cpid=ab350dfdc43cdd23747c0a7c1371c5f5

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr